Derrière ce terme bizarre se cache l’une des plus grandes merveilles de la saponification. Obtenue naturellement au cours de la production du savon, les fabricants de savons à chaud – où les huiles sont chauffées à plus de 100°C – l’enlèvent complètement. Mais en saponification à froid – la méthode que nous utilisons – ce petit trésor est conservé à l’intérieur du savon.

Lors de la saponification, la glycérine est générée naturellement par la réaction chimique à l’origine du savon. En fait, la rencontre entre le gras (chez nous les huiles végétales) et l’alcali (la soude caustique) donne naissance au savon et à la glycérine. Ce petit schéma vous résume la situation :

Mais pourquoi est-ce si important de garder la glycérine ? Utilisée en petite quantité, c’est un des meilleurs agents évitant la déshydratation : elle a pour vertu de concentrer et de conserver les molécules d’eau dans la peau. Celle-ci est donc naturellement hydratée. Par contre, si on l’utilise pure ou en trop grande quantité, la glycérine aura un effet desséchant. La proportion de glycérine à l’intérieur d’un savon fabriqué à froid est d’environ 8% : c’est une quantité parfaite pour répondre au besoin d’hydratation de votre peau.

Pour plus d’information sur la glycérine, vous pouvez aussi consulter cet article du blog L’essentiel de Julien.